top of page

Capteurs de puissance, à la base d’un entraînement structuré

Auteur: L.Jean, Fev.2022


Le capteur de puissance, longtemps considéré comme un produit réservé aux élites et compétiteurs professionnels, s’est largement démocratisé et vient équiper de nombreux vélos amateurs. Il est aujourd’hui devenu un outil indispensable non seulement à l’entrainement mais aussi en course.


L’intérêt d’un capteur de puissance pour le cycliste

Le capteur de puissance permet de calculer la puissance et la cadence, deux paramètres indispensables pour s’entrainer avec précision. La mesure de fréquence cardiaque est un autre paramètre important mais elle vient en complément des zones de puissance.

Le capteur de puissance va vous permettre de déterminer des zones d’intensités qui permettront d’équilibrer les phases de repos et les phases d’intensité. L’athlète aura la possibilité d’analyser sa forme, son niveau de fatigue et suivre sa progression.

Lors de son utilisation en course (cyclisme ou triathlon), ce capteur de puissance permet à l’athlète de doser son effort précisément par rapport à la distance de l’épreuve. Pour cela il faut que l’athlète ait connaissance de ses différentes zones d’intensités spécifiques en réalisant différents tests que nous développerons dans une autre publication.


Comment fonctionne un capteur de puissance ?

Tout d’abord, la puissance se calcule grâce à cette formule : P(Watts)= Couple (Newton. Mètre) x vitesse angulaire. Le capteur de puissance se base sur le principe d’extensométrie, qui signifie plus précisément, la mesure des déformations.

Les capteurs actuels, notamment les Assioma n’ont plus besoin de calibration.

En ce qui concerne la transmission des données, ces capteurs sont couplés avec vos compteurs GPS grâce à leur système de connexion ANT+ ou Bluetooth, les données peuvent ainsi être lues sur le compteur GPS compatible.

Pour l’autonomie, tous ces capteurs sont bien évidemment rechargeables.


Les différents types de capteurs de puissance

Voici les 2 principaux types de capteurs de puissance :

Pédales avec capteur de puissance



De plus en plus utilisé, ce type de capteur de puissance présente de nombreux avantages au niveau de sa facilité d’installation et d’utilisation. En effet, ils peuvent être changés d’un vélo à un autre en quelques minutes.

Ce système vous permettra en parallèle d’effectuer des analyses de cycle du pédalage ainsi que de son efficacité. Les 2 principaux fabricants sont Garmin et Assioma / Favero.

Si vous possédez plusieurs vélos et que vous ne voulez pas vous prendre la tête avec l’installation, alors ce type de produit sera le plus adapté.

Les Assioma de chez Favero disposent de 2 options : capteur mono pédale (formule la moins chère), capteur duo (un capteur sur chaque pédale). Pour la majorité des cyclistes, la version mono est largement suffisante. En effet, les mesures d’équilibre et de dynamique de pédalage sont complexes à analyser.

A noter que ces pédales sont compatibles avec les cales de format LOOK

Quelque soit la version, il est recommandé de mesurer la puissance sur 3 secondes plutôt qu’en instantané pour une mesure stable et facilement interprétable.

Pédalier ou manivelles avec capteur de puissance


C’est le type de capteur le plus répandu historiquement mais aussi le plus précis. En effet, il mesure la force proche du point de pression ce qui constitue un avantage dans la lecture des données. Des modèles hybrides font également leur apparition avec un système intégré dans les plateaux.

Cependant, dû à son efficacité, il reste l’un des produits les plus coûteux sur le marché.



Mes recommandations

Cela n’engage que moi, mais je recommande de loin l’utilisation de pédales avec Capteurs de Puissance.

Plusieurs raisons à ce choix :

  1. prix: particulièrement la version mono Assioma. Les mesures sont suffisantes. Il est possible de la transformer en version Duo pour mesurer les dynamiques de pédalage. Vous serez toujours à temps de le faire. Mais comme je l’indiquais plus haut, un amateur n’utilise pratiquement jamais ce type de données…

  2. flexibilité: les voyageurs peuvent facilement emporter leurs pédales pour les monter sur des vélos de location.

  3. autonomie : les pédales ont atteint un excellent niveau d’autonomie. Personnellement, je les recharge environ tous les 2 mois sur environ 50-60h d’utilisation. J’ai eu un capteur de puissance sur pédalier dont l’autonomie était limitée

  4. facilité d’utilisation : outre le format de pédale, tous ces capteurs disposent d’applications sur téléphone permettant de visualiser le niveau de charge et de mettre à jour les versions d’OS

  5. service après-vente : tout le monde peut changer une pédale défectueuse. C’est moins évident pour un pédalier.

N’oubliez pas, il est recommandé de mesurer la puissance sur 3 secondes plutôt qu’en instantané pour une mesure stable et facilement interprétable.

En conclusion, la version mono Assioma est largement suffisante pour la grande majorité des cyclistes et vous permettra de progresser de manière structurée ! Allez-y, foncez !

13 vues0 commentaire

Comments


bottom of page